mercredi 11 janvier 2017

CHANSON DOUCE de Leïla SLIMANI

LIVRE

PRIX GONCOURT 2016 amplement mérité.
Roman intense,intelligemment construit,magnifiquement écrit.
Ça se lit comme un polar,d'une traite.
Le drame est révélé dès le premier chapitre et donc on remonte le fil du temps.
Histoire d'une nounou solitaire,propre sur elle,efficace qui devient vite indispensable à ses nouveaux patrons.Page après page,le malaise grandit.On lit la lassitude,la dégringolade de Louise,aussi étrangère à elle-même qu'aux autres.
Louise se noie,s'englue,s'abîme peu à peu,accumulant humiliations,frustrations et rancoeurs...,incapable de continuer à donner le change.
La "perle rare",véritable fée du logis du début finit par se transformer en une dangereuse psychopathe.Le douillet  lieu de vie devient la maison de l'horreur.

Un mot du style.C'est écrit dans un français précis,sec,sans apprêts.

Extrait du début:
"Louise s'agite en coulisses, discrète et puissante. C'est elle qui tient les fils transparents sans lesquels la magie ne peut pas advenir. Elle est Vishnou, divinité nourricière, jalouse et protectrice. Elle est la louve à la mamelle de qui ils viennent boire, la source infaillible de leur bonheur familial.
 
Autres extraits:                                                                                                                                "Son visage est comme une mer paisible,dont personne ne pourrait soupçonner les abysses."
"Un après-midi,Louise se réveille en sursaut.Elle a dormi de ce sommeil si lourd qu'on en sort triste,désorienté,le ventre plein de larmes." p137.
" Elle ferme les yeux et convoque des souvenirs de plages grecques, de couchers de soleil, de dîners face à la mer. Elle invoque ces souvenirs comme les mystiques en appellent aux miracles."

mardi 3 janvier 2017

SWEET BEAN (les délices de Tokyo) de Naomi KAWASE

FILM

Il faut être un cinéaste japonais pour créer un film d'une telle fraîcheur,d'une telle humanité...tout en délicatesse et en poésie.
Gestes simples,précis à l'origine de la fabrication des célèbres dorakiyi,délicieuses pâtisseries japonaises...Pudeur des sentiments,secret des chemins de vie de ces écorchés qui appartiennent à trois générations bien distinctes.

La cinéaste avait réalisé en 2014 "Still the water".

SULLY

                                                   FILM

Un TOM HANKS assez fade,terne,sans aspérités,ni émotions!!!
Clint Eastwood réalise des films dont la marque de fabrique est L'HUMAIN.
Cette fois encore,il s'inspire d'un fait divers incroyable: l'amerrissage d'un avion d'American airlines en 2009 sur l'Hudson,amerrissage réussi grâce au sang-froid du commandant de bord.Il a su évaluer en quelques secondes la situation,l'impossibilité d'atterrir en urgence sur une piste normale.Prise de décision,sang-froid,lucidité... et ensuite évacuation des 155 passagers sain et sauf...
L'enquête qui occupe une grande partie du film confirme le commandant dans son statut de héros.
Le film se laisse regarder gentiment,sans plus... TOM HANKS qui endosse le rôle principal ne m'a pas vraiment convaincue. Sans doute a-t-il voulu s'imprégner du personnage réel qui l'a du reste guidé....n'empêche,il apparaît quelque peu compassé,statufié ...L'émotion passe mal,elle est peu perceptible,notamment dans les échanges avec sa femme.
L'acteur a revêtu un uniforme dans lequel il a un peu perdu de sa grâce et de sa "percutance"...


                                                   



CAPTAIN FANTASTIC de Matt Ross

FILM
 
Film puissant,film poignant,film interpellant...
Le spectateur est plongé au coeur d'une famille qui vit à l'écart de la société sous la houlette du père qui n'épargne pas ses enfants dans leur apprentissage physique,moral et intellectuel.
Un drame survient qui implique remises en question et changement de cap.
Casting époustouflant.Chaque enfant est à sa juste place sans compter le choix de VIGGO MORTENSEN pour interpréter un père crédible,attachant,totalement tourmenté.


Ce film ne peut que susciter d'intéressants débats sur le système d'éducation le plus approprié,sur l'école à la maison...ou pas.Il ouvre les yeux sur une autre Amérique et sa confrontation avec l'Amérique de la consommation,des jeux vidéos,du fastfood...
 

lundi 19 décembre 2016

MORTELLES DÉCISIONS de Kathy REICHS

LIVRES                                           
                                             

C'est dans une émission littéraire que j'ai entendu le nom de cette anthropologue judiciaire américaine,professeur d'université et aussi auteur de plus d'une dizaine de romans policiers.
Elle a inspiré la série télévisée Bones ,elle en est la productrice.
L'héroïne récurrente de ses romans s'appelle Tempérance Brennan:tout un programme,ce prénom.Elle travaille en collaboration avec des enquêteurs judiciaires et livre son expertise sur des restes humains,des os de victimes... qu'elle analyse,compare et situe dans le temps,informations précieuses bien sûr pour affiner le contexte des meurtres.
A première vue,on pourrait croire que c'est assez macabre,voire sordide,mais en réalité,au-delà de ces autopsies méticuleuses,le docteur se trouve intimement mêlé aux enquêtes,on écoute son avis,elle se retrouve sur des scènes de crime où elle partage ses impressions,ses hypothèses...
Toute l'enquête avec ses ratés,ses rebondissements...  nous parvient à travers ce filtre un peu particulier.C'est passionnant, très ancré dans le réel et drôle aussi.L'écrivain a beaucoup d'humour,d'auto-dérision.Elle sait se ficher d'elle-même et n'a pas son pareil pour vous faire un portrait rédhibitoire d'un journaliste enquiquineur ou d'un enquêteur qui a pris la grosse tête!!!
Un exemple de ce style fleuri:(elle entre dans un bar fréquenté par des motards...)

"J'ai attendu que mes yeux s'accoutument à l'obscurité pour examiner la clientèle.Une majorité de mâles dominants hirsutes et dépenaillés,Wisigoths tout droit sortis d'un mauvais casting.Les quelques femmes avaient des coiffures raidies par le gel et des bustiers faits de lanières qui creusaient entre leurs seins un sillon aguicheur...Près du bar,un Raspoutine à joues concaves et sourcils broussailleux bondissait sur ses pieds en beuglant..."p290.
Etc....avouez que ça en jette!!!

J'ai terminé Mortelles décisions (2001) et je commence Meurtres au scalpel(2008). 
  
 

PATERSON de Jim JARMUSCH

FILM

J'ose parler de CHEF-D'OEUVRE.
Film inspiré et inspirant,lent,tranquille,... juste tranquille.
Derrière la simplicité,l'apparente banalité du quotidien,se dégage une formidable intensité.Jim JARMUSCH parvient à élever le quotidien banal et répétitif au rang d'art,art délicat.C'est de la dentelle... Le cinéaste souvent privilégie les êtres simples,purs,comme le héros de "Ghost Dog",La voie du samouraï,interprété par l'inoubliable Forest Whitaker.
Ici aussi le conducteur de bus/poète étonne par son calme,sa tranquille assurance,son intérêt aussi pour les conversations qui s'échangent dans le bus.
On est avec lui dans le bus,à son retour auprès de sa femme chérie...on écoute les courts poèmes qui rythment ses journées.
On ne s'attend à rien et c'est ça le tour de force.
Comment le cinéaste a-t-il fait pour distiller cette atmosphère de tendresse,de fraternité? Mystère.


                                                            

mardi 13 décembre 2016

GRAVITY de Alfonso CUARON

FILM
 
J'ai donc vu le film de 2013 à la télévision en VF...
A priori,la VF est toujours un meilleur choix,mais je ne pense pas avoir raté grand chose.Chacun connaît l'histoire de cette mission de la NASA qui va connaître une série de catastrophes,de ratés,de rendez-vous manqués dans l'espace.
Le film lui aussi s'est perdu dans un espace cinématographique incertain.
Les cris de panique de l'astronaute jouée par Sandra Bullock lâchée dans le vide sont surfaits,artificiels...Aucun charisme ne se dégage des protagonistes,aucune épaisseur humaine et ce ne sont pas les belles images de la terre et du ciel, les effets techniques,fussent-ils réussis qui sauvent la mise...on assiste,incrédule,aux efforts de sauvetage,de survie...
L'héroïne doit s'arrimer à la capsule,éteindre un début d'incendie ,trouver le manuel qui lui indiquera la marche à suivre....tout ça dans l'indifférence absolue du spectateur...
On est loin...,très loin de la densité humaine que dégageait INTERSTELLAR...
Là,il s'agissait de réunir des êtres éloignés dans une nouvelle dimension spatio-temporelle,un père et sa fille...il était question d'honorer une promesse,de sauver l'humanité de la famine....bref des impératifs hautement moraux.